Coupe du monde de foot 2018 – découvrez les stades russes

Les stades de la Coupe du Monde de foot 2018 en Russie

Le stade Ekaterinbourg Arena
Le stade Ekaterinbourg Arena

Alors que le coup d’envoi du premier match de la Coupe du Monde de foot opposant la Russie à l’Arabie Saoudite va être donné ce soir, jeudi 14 juin, nous avons choisi de vous présenter les stades dans lesquels vont se dérouler toutes les rencontres.

En tout ce sont douze stades, répartis dans onze villes sur tout le territoire russe qui vont accueillir les 64 matches de cette Coupe du Monde, entre le 14 juin et le 15 juillet.

L’équipe de France jouera son premier match face à l’Australie, à Kazan, le samedi 16 juin à midi heure française. Ensuite elle affrontera le Pérou, le jeudi 21 juin à 17h00, à l’Ekaterinbourg Arena et ses tribunes temporaires perchées sur d’immenses échafaudages à 45 mètres du sol à l’extérieur du stade. Enfin, son 1er tour se conclura dans la capitale, au Loujniki, le mardi 26 juin à 16h00.

Si les Bleus terminent en tête du groupe C, ils joueront à nouveau à Kazan et s’ils ne décrochent que la deuxième place, c’est à Nijni Novgorod qu’ils se rendront.

1. Moscou : Loujniki

L’enceinte la plus célèbre de Russie a accueilli ses premiers matches dès 1956. Complètement rénové, le nouveau Loujniki a été inauguré le 11 novembre dernier par un match contre l’Argentine. Sans la piste d’athlétisme, les tribunes sont plus proches du terrain, renforçant l’impression monumentale du lieu qui fut le stade olympique des JO 1980.

Capacité : 81.000 places
Année de construction : 1956 (rénové en 2017)
Coût estimé : 24 milliards de roubles (331 millions d’euros au taux actuel)
Matches disputés (7) : Russie – Arabie saoudite (14 juin, match d’ouverture), Allemagne – Mexique (17 juin), Portugal – Maroc (20 juin), Danemark – France (26 juin), un huitième de finale (1er juillet), une demi-finale (11 juillet), la finale (15 juillet)

Le stade Loujniki de Moscou
Le stade Loujniki de Moscou

2. Moscou : Stade Spartak

Construite en 2014, l’Otkrytie Arena (rebaptisée Spartak Arena pour le Mondial) est l’enceinte du Spartak Moscou, le club de football le plus titré de Russie. Porté par ses nombreux supporters, c’est aussi le stade le plus chaud de Russie, une ambiance qui se ressent quand y joue l’équipe nationale… Ce qui ne sera pas le cas pendant le Mondial !

Capacité : 45.360 places
Année de construction : 2014
Coût estimé : 14,5 milliards de roubles (200 millions d’euros)
Matches disputés (5) : Argentine – Islande (16 juin), Pologne – Sénégal (19 juin), Belgique – Tunisie (23 juin), Serbie – Brésil (27 juin), un huitième de finale (3 juillet)

Le stade Spartak de Moscou
Le stade Spartak de Moscou

3. Saint-Pétersbourg : stade Krestovski

Les travaux ont duré plus de dix ans, le budget a explosé : la Saint-Pétersbourg Arena, où se joueront une demi-finale et le match pour la 3e place, est le stade de tous les scandales. La pelouse, trop fragile, a déjà été changée deux fois mais les fans aiment l’atmosphère se dégageant de ce stade qui dispose d’un toit en cas de pluie.

Capacité : 68.134 places
Année de construction : 2017
Coût estimé : entre 43 et 48 milliards de roubles (entre 595 et 663 millions d’euros)
Matches disputés (7) : Maroc – Iran (15 juin), Russie – Egypte (19 juin), Brésil – Costa Rica (22 juin), Nigeria – Argentine (26 juin), un huitième de finale (3 juillet), une demi-finale (10 juillet), match pour la 3e place (14 juillet)

Le stade Krestovski de Saint-Pétersbourg

4. Kazan : Kazan Arena

Le stade a été inauguré dès 2013 à l’occasion des Jeux universitaires d’été. Hôte de la Coupe des Confédérations, Kazan, qui ambitionne de devenir capitale sportive, accueillera six matchs, dont un quart de finale.

Capacité : 45.015 places
Année de construction : 2013
Coût estimé : 14,4 milliards de roubles (198 milliards d’euros)
Matches disputés (6) : France – Australie (16 juin), Iran – Espagne (20 juin), Pologne – Colombie (24 juin), Corée du sud – Allemagne (27 juin), un huitième de finale (30 juin), un quart de finale (6 juillet)

La Kazan Arena
La Kazan Arena

5. Sotchi : Stade Fisht

Situé dans la station balnéaire de Sotchi, sur les rives de la mer Noire et au pied du Caucase, le stade Fisht est devenu célèbre avec les Jeux Olympiques d’hiver 2014. Depuis, il a été adapté pour les matchs de football et a accueilli la Coupe des Confédérations. Six matches du Mondial, dont un quart de finale, y seront joués.

Capacité : 47.659 places
Année de construction : 2014 (rénové en 2017)
Coût estimé : 23,5 milliards de roubles, 4 milliards pour la rénovation (325 + 55 millions d’euros)
Matches disputés (6) : Portugal – Espagne (15 juin), Belgique – Panama (18 juin), Allemagne – Suède (23 juin), Australie – Pérou (26 juin), un huitième de finale (30 juin), un quart de finale (7 juillet)

Le stade Fisht de Sotchi
Le stade Fisht de Sotchi

6. Volgograd : Volgograd Arena

Architecturalement proche du Nid d’oiseau ayant hébergé les JO 2008 à Pékin, ce stade accueillera quatre matches du premier tour dans la ville meurtrie par la bataille de Stalingrad durant la seconde guerre mondiale. Il a accueilli la finale de la Coupe de Russie mais risque de sonner creux après le Mondial: le Rotor Volgograd vient d’être relégué en troisième division russe.

Capacité : 45.015 places
Année de construction : 2018
Coût estimé : 16,3 milliards de roubles (225 millions d’euros)
Matches disputés (4) : Tunisie – Angleterre (18 juin), Nigeria – Islande (22 juin), Egypte – Arabie Saoudite (25 juin), Japon – Pologne (28 juin)

Le stade Volgograd Arena
Le stade Volgograd Arena

7. Nijni Novgorod : Stade Nijni Novgorod

Ce stade à la capacité moins importante que sa taille le laisse deviner a été inauguré en avril. Plusieurs incidents ont émaillé sa construction, dont un incendie sans gravité en octobre. Il est situé à la confluence des fleuves Volga et Oka, à 400 kilomètres à l’est de Moscou.

Capacité : 44.899 places
Année de construction : 2018
Coût estimé : 17 milliards de roubles (235 millions d’euros)
Matches disputés (6) : Suède – Corée du sud (18 juin), Argentine – Croatie (21 juin), Angleterre – Panama (24 juin), Serbie – Suisse (27 juin), un huitième de finale (1er juillet), un quart de finale (6 juillet)

Le stade de Nijni Novgorod
Le stade de Nijni Novgorod

8. Rostov : Rostov Arena

L’antre du FK Rostov a été inaugurée en avril dans la grande ville du sud de la Russie. Le stade se trouve à seulement 60 kilomètres de la frontière avec l’est de l’Ukraine, dont une partie est contrôlée par les séparatistes prorusses en guerre avec l’armée ukrainienne depuis 2014.

Capacité : 43.702 places
Année de construction : 2018
Coût estimé : 19,8 milliards de roubles (275 millions d’euros)
Matches disputés (5) : Brésil – Suisse (17 juin), Uruguay – Arabie saoudite (20 juin), Corée du Sud – Mexique (23 juin), Islande – Croatie (26 juin), un huitième de finale (2 juillet)

Le stade Rostov Arena
Le stade Rostov Arena

9. Samara : Samara Arena

C’est le stade qui a fait le plus peur à la Fifa. Les travaux ont pris énormément de retard et il a été inauguré à la hâte, fin avril. Son design est censé rendre hommage à la longue tradition aérospatiale de la région. De l’intérieur, il se démarque par ses gradins pentus. Samara a la réputation d’être une ville de football et l’ambiance devrait y être chaude.

Capacité : 45.000 places
Année de construction : 2018
Coût estimé : 19 milliards de roubles (262 millions d’euros)
Matches disputés (6) : Costa Rica – Serbie (17 juin), Danemark – Australie (21 juin), Uruguay – Russie (25 juin), Colombie – Sénégal (28 juin), un huitième de finale (2 juillet), un quart de finale (7 juillet)

Le stade Samara Arena
Le stade Samara Arena

10. Saransk : Mordovia Arena

Après le Mondial, la capacité du stade de la plus petite ville accueillant la compétition redescendra à 28.000 places. Le choix de Saransk, la capitale de la république de Mordovie, plus connue pour ses camps pénitentiaires que pour son équipe de football, a étonné mais la ferveur locale à l’approche de l’événement est réelle.

Capacité : 45.015 places
Année de construction : 2018
Coût estimé : 16,5 milliards de roubles (229 millions d’euros)
Matches disputés (4) : Pérou – Danemark (16 juin), Colombie – Japon (19 juin), Iran – Portugal (25 juin), Panama – Tunisie (28 juin)

Le stade Mordovia Arena à Saransk
Le stade Mordovia Arena à Saransk

11. Ekaterinbourg : Ekaterinbourg Arena

Les tribunes temporaires de la Ekaterinbourg Arena, juchées sur d’impressionnants échafaudages à l’extérieur du stade, ont fait la Une des médias du monde entier. Les organisateurs assurent qu’elles sont sans danger. Inauguré en 1957, le stade est une perle de l’architecture soviétique et a gardé toute son élégance en dépit de sa rénovation.

Capacité : 35.000 places
Année de construction : 1957 (rénové en 2018)
Coût estimé : 13 milliards de roubles (180 millions d’euros)
Matches disputés (4) : Egypte – Uruguay (15 juin), France – Pérou (21 juin), Japon – Colombie (24 juin), Mexique – Suède (27 juin)

Le stade Ekaterinbourg Arena
Le stade Ekaterinbourg Arena

12. Kaliningrad : Baltika Arena

Quatre matches seront joués à Kaliningrad, enclave russe entre la Lituanie et la Pologne, sur les bords de la mer Baltique. Le stade, inauguré en avril, a été construit sur un marécage, compliquant toutes les opérations de terrassement.

Capacité : 35.000 places
Matches disputés (4) : Croatie – Nigeria (16 juin), Serbie – Suisse (22 juin), Espagne – Maroc (25 juin), Angleterre – Belgique (28 juin)
Année de construction : 2018
Coût estimé : 17,3 milliards de roubles (239 millions d’euros)

Le stade Baltika Arena à Kaliningrad
Le stade Baltika Arena à Kaliningrad
Coupe du monde de foot 2018 – découvrez les stades russes
Mot clé :